P091Analyse des relations entre la consommation de produits laitiers et le syndrome métabolique chez l’homme par métabolomique
Review articleOpen access
Abstract:

DisciplineÉpidémiologie.Introduction et but de l’étudeBien que des études récentes ont démontré que la consommation de produits laitiers peut protéger du syndrome métabolique (MetS), les mécanismes restent méconnus. Dans cette étude observationnelle, nous avons analysé comment la consommation de produits laitiers pouvait modifier les perturbations du métabolome plasmatique induites par le MetS.Matériel et méthodesUne analyse du métabolome par HPLC–MS/MS et du profil en acides gras par chromatographie gazeuse a été effectuée dans le plasma d’une population de 298 participants (61 avec MetS) de l’étude française MONALISA. L’échantillon a été stratifié en 6 groupes (n = 48–53) en fonction du niveau de consommation de produits laitiers exprimé en portions par jour ( < 1,5, entre 1,5 et 2,15, entre 2,15 et 2,75, entre 2,75 et 3,5, entre 3,5 et 4,3  > 4,3). Les comparaisons entre les sujets sains et atteints de MetS ont été faites à l’aide du test du Chi2 pour les variables catégorielles et un test de Student pour les variables continues. Les analyses statistiques des données de métabolomiques ont été faites par des Anova à 1 ou 2 voies selon la comparaison avec une prise en compte du taux de faux positif, FDR < 0,1. Des corrélations entre les concentrations plasmatiques des différents métabolites et les paramètres biologiques ont été faites en utilisant la méthode de Pearson en considérant un FDR < 0,1.Résultats et analyse statistiqueDes altérations majeures de nombreuses voies métaboliques ont été observées chez les sujets atteints de MetS. Des différences significatives dans les taux plasmatiques d’acides aminés à chaîne ramifiée, de dipeptides comprenant un gamma-glutamate et de métabolites de l’arginine et de la proline ont été observés entre les sujets témoins et les sujets MetS. Les concentrations plasmatiques de nombreuses espèces lipidiques étaient également augmentées avec le MetS (mono- et diacylglycérols, eicosanoïdes, lysophospholipides et lysoplasmalogènes), avec une diminution des acides gras à chaîne courte et des plasmalogènes. La composition plasmatique en acides gras est fortement perturbée par le MetS. Certaines perturbations du métabolome liées au MetS sont modulées avec la consommation de produits laitiers, plus spécifiquement ceux à faible teneur en lipides (lait et produits laitiers frais). Elles concernent les dipeptides issus d’altérations du métabolisme du glutathion et d’une protéolyse partielle de protéines. En outre, nous confirmons que la consommation de produits laitiers augmente la concentration plasmatique en C15:0.ConclusionLa consommation de produits laitiers, notamment le lait et les produits laitiers frais à teneur réduite en lipides, pourrait atténuer certaines altérations métaboliques liées au MetS en réduisant l’inflammation et le stress oxydatif.

Request full text

References (0)

Cited By (0)

No reference data.
No citation data.
Advertisement
Join Copernicus Academic and get access to over 12 million papers authored by 7+ million academics.
Join for free!