Allergie aux curares chez l’enfantAllergy to neuromuscular blocking agents in children
Review articleOpen access
Abstract:

RésuméLes curares sont les agents anesthésiques les plus fréquemment responsables des accidents allergiques peranesthésiques, largement devant le latex et les autres drogues, avec une incidence d’un cas sur 6500 anesthésies. Le suxaméthonium et le rocuronium sont les deux myorelaxants les plus à risque. La structure de la molécule de curare, avec notamment la divalence de ses ions ammonium quaternaire, favorise la réaction allergique. Les symptômes de l’allergie aux curares sont habituellement sévères, les facteurs de risque principaux sont une sensibilisation antérieure et le sexe féminin. Les moyens du diagnostic d’allergie IgE médiée sont les dosages biologiques (tryptase et histamine plasmatiques, IgE spécifiques) et les tests cutanés (prick tests et tests intradermiques) ; les résultats sont toujours confrontés à l’histoire clinique, même si la cohérence clinique n’est pas toujours obtenue. Les conseils pour une future anesthésie chez un enfant allergique à un curare sont fondés sur le résultat des tests cutanés, comprenant une recherche systématique de sensibilisation croisée. Il est recommandé d’éviter tout curare pour lequel les tests cutanés sont positifs.

Request full text

References (0)

Cited By (0)

No reference data.
No citation data.
Advertisement
Join Copernicus Academic and get access to over 12 million papers authored by 7+ million academics.
Join for free!